9 avril 2013 dans Actualités par .

Stabilisation relative des cours du brut

Les cours du brut donnent l’air de se stabiliser en ce qui concerne le Brent. Une hausse symbolique est, en effet, noté sur le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en mai.
Les statistiques négatives en provenance de la zone euro et l’instabilité politique n’ont pas incité les opérateurs à faire preuve d’optimisme. Ce, d’autant plus que le président de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi a souligné qu’aucune reprise n’est prévue sur le Vieux Continent avant le second semestre. Une prévision que les investisseurs teintent désormais de doute malgré le fait que les indicateurs aillent dans ce sens.
Parallèlement à cela, l’économie des Etats-Unis déçoit aussi les investisseurs. Le taux de chômage dans le pays n’a pas autant baissé que prévu. Les créations de postes de l’économie des Etats-Unis au mois de mars étaient chiffrées en tout premier lieu à 200 000 et n’ont finalement atteint que 88 000, d’après les statistiques du Bureau of Labor Statistics.
Ces chiffres ne corroborent ainsi pas une reprise américaine tant espérée.
Du côté de la Chine, l’inflation a connu une baisse de 2.1% au mois de mars. Ce paramètre pourrait indiquer un ralentissement de la croissance économique.
Face à ces indicateurs économiques pas très optimistes, facteur dont dépend en grande partie la demande en matière de pétrole. Par ailleurs, les Etats-Unis et l’Union européenne pèsent à eux deux 36% de la demande mondiale de brut. La Chine, quant à elle, pèse 11%.
Le fait que l’Etat du Sud-Soudan qui n’est plus producteur de brut depuis le début de l’année dernière, qui prévoit de recommencer à exporter son brut dans quelques mois n’arrange rien : en augmentant ainsi l’offre par rapport à une demande de plus en plus amoindrie, cette reprise de la production a contribué à faire baisser le prix du baril.

Tutoriel forex

Commentaires sont fermés.

Forex Débutant La Référence en matière de formation et trading Forex.